Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

20 août 2005

Les faubourgs de Berlin, 16 avril 1945.

Les Soviétiques viennent de lancer leur ultime grande offensive, celle qui verra tomber Berlin.
Malgré l’acharnement prévisible des combats, l’issue finale ne fait aucun doute tant est disproportionné le rapport de forces.
La fin de la guerre étant proche, beaucoup de chefs d’unités soviétiques cherchent à glaner le maximum de lauriers, chacun à son niveau, pour bénéficier après le conflit des largesses du régime communiste envers ses combattants les plus méritants.

D’où une forte rivalité entre officiers, retombant sur leurs unités respectives, chacun voulant être sur ses objectifs dans les temps les plus courts, quitte à coiffer ensuite ceux des unités voisines, faisant ainsi preuve d’un courage et d’une expérience au combat supérieurs.
Les faubourgs de Berlin, en partie dévastés par l'aviation stratégique alliée et l'artillerie soviétique, vont alors être les témoins de cette lutte entre la défense désespérée des derniers combattants du Reich, et les soldats soviétiques voulant en finir au plus vite et rentrer rapidement au pays avec les honneurs.


La compagnie du lieutenant Morotzov (sibérien), appuyée par des éléments du génie et des lance-flammes a lancé son attaque depuis le Sud.


Le quartier des usines a été pris sans combat, abandonné par les allemands.
A la fin de la partie, le quartier des entrepôts et du château d’eau était pratiquement tombé aux mains des rouges, ces derniers un moment bloqués avec pertes par les violents combats livrés à des jeunesses hitlériennes soutenues par un « waffentrager » de 75 mm.

La compagnie du capitaine Fredricksen (balte) disposant également d’unités du génie et attaquant du Sud-ouest, avait comme objectifs le quartier populaire le long de la voie ferrée et le quartier administratif.



 Là se sont livrés les combats les plus durs contre des unités du Volksturm, de fantassins de la Luftwaffe et de parachutistes.
Les deux quartiers sont restés aux mains des russes, malgré la perte d’un automoteur de 152mm imprudemment avancé sans soutien dans des rues non sécurisées.
Les mines et les pièges ont également occasionné des pertes supplémentaires.

La compagnie du lieutenant Nicolaiev (kazak) devait prendre par le Nord-ouest le quartier périphérique ainsi que celui de l’église.
Le soutien était assuré par une section de quatre canons automoteurs, dont deux ont été rapidement immobilisés par le tir antichar du Volksturm et des rampants de la Lufwaffe, embusqués dans les étages.



 Le quartier périphérique est rapidement tombé sans combat, mais celui de l’église n’a pas été pris dans son intégralité à cause de l’intervention un peu tardive de la compagnie, et du sacrifice d’une équipe de M.G. 42 paras.


La compagnie d’appui du capitaine Ivanov (biélorusse) a été prise de vitesse par les mortiers allemands, qui par le placement judicieux de leur D.L.O. et donc la précision de leur tir ont perturbé la mise en batterie de leurs homologues russes. Ivanov a lui-même été blessé.
Les mortiers russes ont malgré tout dévasté différents bâtiments administratifs.



 L’allemand aux abois a utilisé tout ce qu’il pouvait pour ralentir l’avance soviétique.
Mitrailleuses, canons, groupes d’infanterie exploitant tous les éléments du terrain, mais aussi mines, pièges, et aussi déplacements par les égouts pour changer de position en évitant le feu adverse.




 En fin de partie, les survivants tenaient encore le quartier de la gare, le quartier résidentiel, la plus grande partie du quartier de l’église.
L’allemand a donc perdu, mais au classement par joueur, Pierrot a gagné, suivi de Fred et Maurice ex aequos, et pour terminer Nicolas, engagé tardivement…