Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

14 janv. 2007

Dompaire, automne 1944.

Une unité ayant fière allure que cette compagnie de chars « Panther »…
Malgré un véhicule manquant pour cause de réparations, la puissance de feu de ces 9 engins restait, sur le papier, impressionnante.
Le terrain escarpé des Vosges, la fragile mécanique des machines, l’avancée rapide et insoupçonnée de l’adversaire, sont autant de raisons possibles pour expliquer le cheminement en colonne, sur une route principale, limite désinvolte du kampfgruppe "Von Lothar" de la 112ème panzer brigade.
Le flanc gauche allemand par contre, avec une autre route importante et un couloir d’accès, véritable invitation aux déferlements mécaniques adverses, était tenu avec des moyens dérisoires (1 P.A.K. et une section de bleus) et donc négligé.

L’expérience acquise après les combats de Normandie, avec les succès de la forêt d’Ecouché et d’Alençon, la libération de Paris, et dans une moindre mesure Vittel et Contrexéville, la compétition avec les unités U.S., le désir d’en découdre avec un ennemi occupant le pays depuis 4 ans, il était presque évident que les français, avec ce sentiment nouveau de supériorité, tenteraient le coup sur cette gauche allemande.

Quand bien même aurait-elle été mieux défendue, les capacités d’adaptation et d’initiative des officiers, l’allant des équipages de Leclerc auraient sûrement fait la différence.

La chance souriant aux audacieux, les M10 du Régiment Blindé des Fusiliers Marins (R.B.F.M.), les Sherman du 12ème Régiment de Chasseurs d’Afrique (R.C.A.) et les half-tracks du Régiment de Marche du Tchad (le R.M.T., la fierté du général Leclerc) ont donné en plein dans le flanc allemand.
Ecrasant d’un terrible crochet du droit les maigres défenses de gauche, tout en protégeant leur propre aile gauche avec de l’infanterie et des mortiers, chars et tanks destroyers ont détruit coup sur coup en quelques minutes cinq précieux chars « Panther », en ne perdant que deux M10.
Les « panzers » rescapés en furent réduits à tenter d’échapper aux coups en cherchant refuge dans le village de Ville sur Illon, ou sur les lignes de crêtes alentour.
Mal leur en prit, car à ce moment intervint l’aviation U.S., non jouée parce que la partie était de toute façon déjà perdue.
On connaît cependant l’efficacité de quatre P47 « Thunderbolt » sur des chars ou des véhicules d’infanterie à découvert…
Les infanteries des deux camps ont tenu le terrain, avec un avantage pour les français qui ont profité des couverts.

Historiquement, on sait que les autres unités de la 112ème panzer brigade ont subi le même sort, perdant 65 de leurs 90 chars.
Le chef de la 112ème panzer brigade dira qu’il a alors trouvé en face de lui des adversaires avec un moral au dessus de la moyenne.

Pour la petite histoire, un des « Panther » allemand, abandonné intact ou rapidement réparé, a repris illico du service dans la 2ème D.B. jusqu’à la fin de la guerre.
Sous les couleurs françaises, il a été ensuite exposé jusqu’en 1976 sur le parvis des invalides à Paris, avant d’être envoyé au musée des blindés de Saumur (j’ai pris des photos de l’engin à l’époque, sans en connaître alors l’histoire singulière…).
Peut être est-ce celui qui, repeint, est actuellement en état de marche et qu’on a vu il y a trois ans à la fête de la locomotion à la Ferté Alais ?!…