Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

20 mai 2007

Chief Joseph. Oregon, automne 1877.

« Tonnerre grondant sur la montagne », un nom prédestiné pour celui que les blancs appellent maintenant « Chief Joseph », essaye avec les siens, les « Nez Percé », de rejoindre le Canada.
Il est poursuivi par les troupes du général Howard, un officier manchot qui a perdu un bras durant la guerre de sécession.

Après la bataille de Little Big Horn, il est décidé de parquer tous les Indiens dans des réserves, et de soumettre par la force les récalcitrants.
Plusieurs centaines Cheyennes ont par exemple été massacrés à Fort Robinson aux cris de « Vengez Custer » ; la plupart des indiens étaient désarmés.
Ayant refusé de céder la terre de ses ancêtres aux autorités U.S., Chief Joseph est maintenant considéré comme hostile.

Il lui faut donc fuir, et le Canada est une terre d’accueil pour les hommes rouges.
Encore faut-il y arriver.
Les « Nez Percé » ont laissé derrière eux des arrière-gardes harceler les tuniques bleues et brouiller les pistes.
Ils n’engagent le combat que pour gagner quelques heures, le temps au gros de la tribu de passer un col ou un cours d’eau difficile.
Les consignes de l’armée américaine étaient claires ; retrouver la piste empruntée par la « vermine rouge » et ne pas faire de quartier. C’est dans cette optique que plusieurs pelotons de tuniques bleues du 2ème de cavalerie sont envoyés pour ratisser les montagnes et vallées de l’Oregon.
De leur côté, l’arrière garde des guerriers indiens a « préparé » le terrain en vue de gêner les longs couteaux qui les talonnent. Pièges, guerriers placés en embuscade, traces laissées au sol pour tromper les scouts à la solde des visages pâles… sont autant d’éléments permettant le passage au Canada.
Sitôt le départ des pelotons, on dénombre la perte d’un cavalier dans la zone Est tombé dans un piège minutieusement préparé. A l’ouest et au centre, la progression est plus rapide. Les cavaliers bleus débusque un guerrier à pied caché qui est rapidement éliminé. Des cavaliers indiens apparaissent et parviennent à neutraliser un long couteau. Les guerriers finissent par y laisser aussi la vie.

Au centre du dispositif, alors que les tuniques bleues se croient protégés, un guerrier indien chevronné nommé Deux Ours et armé d’un fusil à répétition, fait un véritable carnage. Deux balles qui étendent deux cavaliers d’un peloton qui dévalait la pente rocailleuse. Les soldats, très surpris, ne réagissent pas. Seuls les quatre hommes du groupe démonté qui se trouve proche de la fusillade dégainent leurs armes et commencent la traque. Deux Ours se retourne et élimine un autre Yankee d’une troisième balle bien placée. Il est ensuite rejoint et abattu au sabre par un sergent vétéran de la guerre de sécession.

La panique gagne les bleus, il n’est plus question de ratisser large. Le regroupement est de rigueur d’autant qu’à l’ouest, les guerriers embusqués continuent à gêner l’avance des soldats.
Venu du bord de la table à l’ouest, un nuage de poussière se dissipe pour laisser place à la « fière » milice de l’Oregon. Cette bande de « braves gens » est plus proche des desperados pillards que d’hommes de soutien pour l’armée US. En éliminant deux miliciens, les guerriers indiens s’attirent la haine de cette bande de ruffians qui ne pensent plus qu’à éradiquer tous les hommes rouges qui seront débusqués.

La piste migratoire est enfin trouvée mais les pièges mis en œuvre par les guerriers sont redoutables et freinent la poursuite des tuniques bleues ; un cavalier tué par flèche, deux autres immobilisés par la mort de leurs chevaux, trois soldats tués par balles. Le harcèlement est incessant. Cependant, le sacrifice des braves laissés en arrière de la tribu des « nez percés » est payant. La cavalerie US est stoppée. Sur ses gardes, elle doit se réorganiser et demander des renforts le plus vite possible.
La tribu de Chief Joseph a le temps de s’enfuir au Canada, terre promise de liberté…

Bravo aux guerriers indiens ; Stéphane(Aigle Péteux), Gio(Chacal Puant) et Fradeb(Tortue Asthmatique). Merci aux miliciens de l’Oregon joués par Lothar( Bloody Bill), aux soldats du 2ème de cavalerie ; JC( Captain Christopher Wayne), Nico(Lieutnant Nick Mitchum) et JA( Lieutnant John A. Eastwood). Un très grand merci à l’arbitre, le Grand Sachem JF sans qui cette partie n’aurait pu avoir lieu.

6 mai 2007

Monchauvet, 2 août 1944 en Normandie.

La situation est grave pour les soldats du Reich, ce qui n’empêche pas certaines unités au moral encore élevé de remporter quelques succès tactiques locaux.
L’obersturmfuhrer Frolich, du bataillon de chars lourds SS n° 102, a repoussé sèchement une tentative d’encerclement britannique.
Dans la foulée, il en profite pour reprendre le village, ou plutôt les ruines, de Monchauvet.
A t-il bien fait ?

Pour l’anglais, il fallait vite résorber cette faible, mais gênante poche de Montchauvet, pour se concentrer sur les opérations plus importantes en cours : l’offensive vers Falaise.
Le choix tactique aurait pu être payant : attaquer de suite en espérant prendre la défense ennemie en défaut.
Mais il est des adversaire difficiles à surprendre.*

Les « Sherman » britanniques, sans attendre de soutien d’artillerie et en masquant leurs canons antichars, se mirent en mouvement vers les ruines de Montchauvet.
Les « Tigers », en embuscade dans les décombres, avaient déjà soigneusement préparé leurs plans de feu.
Peu à l’aise pour se mouvoir dans les gravats en cas de duels, ils comptaient avec raison sur leur blindage pour encaisser les coups, sans chercher à les esquiver.
Deux d’entre eux ont incendié quatre « Sherman » à courte distance pour le prix d’un des leurs.
Ajoutons deux canons antichars et une jeep pour un score honorable.

Quant à l’infanterie, c’est là je dois rendre raison à Gio : une infiltration réussie ne peut être contrariée par des éléments extérieurs, le combat urbain étant le domaine de l’infanterie.
C’était écrit, et je ne m’en souvenais plus… je peux dire comme excuse que j’avais aussi à combattre sur deux fronts : l’un d’arbitrage, et l’autre…politique !

Le blindé allemand planqué derrière les murs de l’église ne pouvait donc pas intervenir pour différentes raisons : visibilité, progression de l’infanterie ennemie dans des éléments de décors supposés (gravats, petits chemins creux ou dénivelés, caniveaux, murets, fumigènes, explosions. Voir par exemple dans la série « band of brothers…).
Ce qui signifie que l’infanterie britannique aurait pu prendre position dans les premières habitations du village, d’où il aurait été difficile de la chasser avec les effectifs dont disposaient les allemands, même soutenus par les «Pumas».

Considérons donc que les anglais peuvent conserver leurs positions aux lisières du village, et que, en regard du danger que représente cette infanterie en combat urbain, l’Allemand, couvert par ses auto-mitrailleuses et ses chars, pourra évacuer tranquillement, d’autant plus facilement que l’aviation et l’artillerie britannique n’interviendront plus de peur de toucher des unités amies.
Sur ces bases, l’Allemand garde l’avantage ; certes il abandonnera le village et a perdu 1 char (165 points, irrécupérable vu sa position) mais en fait perdre 508 aux Anglais, canons antichars compris ; je ne compte pas les biffins.


*Pour bien recadrer le scénario, et sans vouloir faire l’éloge de la Waffen S.S., il faut parler du bataillon lourd S.S n° 102 .
C’est le bataillon de « Tigers » du 2ème S.S. Panzer Korps, composé des divisions « Hohenstaufen » et «Frundsberg », dont certains éléments bloqueront les Américains et finiront par écraser les paras anglais pendant la bataille d’Arnhem, un mois et demi plus tard.
L’unité de « Tigers » est commandée en Normandie par un ancien baroudeur de la division « Das Reich », le S.S. Stubaf.Weiss, et est composé de nombreux « volk-deutschen », en l’occurrence des allemands de Roumanie.
De la mi-juin au début juillet, le bataillon campe dans…les jardins du château de Versailles.
Il monte ensuite au front par la route, ce qui fatigue durement les engins.
Il participe aux terribles combats de la côte 112, et y reste accroché jusqu’au début Août, supportant jour et nuit les bombardements de l’aviation et l’artillerie britannique, et repoussant le jour d’innombrables attaques de chars et d’infanterie.
De repli en repli, le bataillon participe à la bataille de Falaise jusqu’au 16 Août, en soutien de juste soixante grenadiers de la division S.S. « Hitlerjugend » opposés à plusieurs brigades de canadiens !
La liste du matériel allié détruit par le S.S. Pz Abt 102 entre le 10 juillet et le 20 Août a pu être dressée : 227 chars, 28 canons antichars, 19 half-tracks, 4 auto-mitrailleuses et 35 camions.
Mais le bataillon paie ses victoires au prix fort, car les 45 « Tigers » sont perdus, les derniers sur les bords de la seine près d’Elbeuf, le 25 Août, aucun bac disponible ne pouvant supporter les 56 tonnes des engins…

J’ajoute qu’un « panzerfuhrer » de la même unité, le S.S. Uscha Willy Fey, a détruit pendant une même journée une quinzaine de chars adverses, tout en ramenant le sien réduit à l’état d’épave dans ses lignes.
L’homme a eu encore bien d’autres aventures, notamment pendant la bataille des Ardennes.
Ces faits de guerre (lus dans Batailles et Blindés), s’ils n’étaient pas confirmés par les rapports d’époque, passeraient pour de l’affabulation ou des scénarios hollywoodiens de série B.
Il y en a qui ont la vie dure, d’autant qu’aux dernières nouvelles, âgé de 88 ans, il est toujours parmi nous…