Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

17 févr. 2013

"Chaos sur le Dniepr" : septembre 1943


Automne 1943
L'offensive d'été à Koursk a eu les résultats qu'on sait pour la Wehrmacht.
Les contre-attaques soviétiques qui ont suivi ont même ramené les allemands jusqu'au Dniepr.
Là, les landsers, "rincés" par les efforts et les pertes consentis les derniers mois, pensaient pouvoir souffler à l'abri de ses 700 Km de long et 300 à 3500 mètres de large.
Mais rien n'a été prévu comme ligne de recueil ou d'arrêt.
Pire, les soviétiques y ont déjà établi quelques têtes de pont.
Ils vont bien sûr les consolider, en attendant les gros tandis que de leur côté, les allemands vont tenter de les écraser.
Une course contre le temps s'engage alors ...


...Les bords du Dniepr, en face de Krementchoug.

Le pont ferroviaire étant détruit, le génie allemand a lancé un ouvrage léger pour piétons.
Les derniers contingents traversent mais le matériel lourd doit être abandonné en quantités.
On trouve même un train...
Des « pionieren » sont à l'oeuvre pour y détruire ou saboter tout ce qui est possible.






Le soviétique de son côté se fait pressant.
Il a déjà passé des élément légers de reconnaissance sur la rive droite du fleuve.
Ses têtes de pont doivent alors se rejoindre, en montant conjointement une attaque pour prendre les faubourgs de la ville encore occupés.


Le moral est bon, car il sait que les avant-gardes de Koniev arrivent aussi en vue du fleuve, sous la forme d'une compagnie blindée portant nombre de fantassins.
Cependant, en plus de la section du génie, du coup repliant prudemment , les derniers éléments de la Gross Deutchland, dont des « Panther », sont encore embusqués sur la rive est du Dniepr.
Les engins sont sacrifiés mais les équipages, une fois les pointes blindées soviets émoussées, pourront repasser le fleuve, en priorité .




Le Panther est fragile mécaniquement, mais son tir est efficace à longue portée.
La bonne coordination entre les engins fait que chacun d'entre eux, habilement dissimulé, a déjà choisi sa cible.
En quelques minutes, T 34 et SU 85 faisant par malchance irruption dans les plans de feux des 75 longs, et subissant en plus un raid de Stukas en maraude, perdent 6 engins sur 10.
Le reste ne jouera plus aucun rôle pour le restant de la partie.





Un groupe d'Il 2 tentera bien de rendre la pareille, mais seul un Panther sera endommagé.


Des éclaireurs, ayant passé par canots, tiennent quelques centaines de mètres sur la rive sud de la ville.
Leur matériel lourd n'a pu traverser, mais un des T 70 ayant réussi à s'approcher de la berge tient le pont du génie sous son feu.
Il occasionnera plusieurs pertes dont un précieux équipage de Panther.





Des sections d'infanterie, remontant le fleuve en colonnes étirées pour éviter les coups de la Lufwaffe, passent à leur tour, sous le couvert d'une section de mortiers de 120 mm.
L'attaque se développe ensuite, mais tombe rapidement sur des « kampfguppen » de circonstance, appuyés par quelques automoteurs. 
Un « strafing » de Fw 190 stoppera définitivement l'avance côté sud de la ville.






Au nord, les partisans, avec l'aide de sapeurs, ont construit un pont, sur un gué, mais sous l'eau.
Invisible.
Les premières unités « rouges » ayant traversé, la manœuvre pour investir les faubourgs commence, perturbée par quelques mitrailleuses et 75 d'infanterie.





L'appui d'obusiers de 122 permet de repartir de l'avant, mais ceux-ci, bientôt pris sous un violent feu de 105 de contre-batterie, sont mis H.S..
Sans soutien, et face à un adversaire maintenant retranché et sur le qui-vive, l'attaque stoppe.





L'avance, tant au nord qu'au sud est bloquée, les blindés survivants s'étant prudemment mis à l'abri, les soviétiques lâchent finalement l'affaire.
L'allemand, malgré des pertes, va pouvoir continuer son repli.
Pour lui, le Dniepr est une victoire tactique mais aussi une défaite stratégique..."


5 commentaires:

  1. Excellent compte-rendu richement illustré ! Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci aussi, ton portail est une bonne initiative. J'ai vu que nous y sommes référencés.
      Ludiquement

      Supprimer
  2. Toujours un gros effort au niveau des photos, avec des décors et des véhicules à foison, un rapport, une nouvelle fois, très réussi...un joli "pont" aussi, bravo!
    Phil.

    RépondreSupprimer
  3. Excellent. Quelle regles et quelle echelle?

    RépondreSupprimer
  4. Merci
    C'est du 15mm
    Il s'agit d'une règle "maison" qui porte le nom de Ligne de Front.

    RépondreSupprimer