Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

23 mars 2015

Lvov-Sandomierz, 19 juillet 1944

19 juillet 1944, région de Lvov en Ukraine occidentale.

Les lignes allemandes ont une fois de plus été percées.
Les corps blindés et mécanisés soviétiques en sont à la phase d'exploitation, mettant en pratique la doctrine de l' « Art opératif ».

Débordé sur les côtés, quasiment encerclé mais tenant bon, le village de Kamenky fait office de brise-­lames.




Quelques unités d'infanterie et des services s'y sont regroupés, grossies d'éléments rejetés sur les côtés de la poussée soviétique.

 
Regroupés à la hâte, des éléments mobiles et blindés des 1re et 8ème PZ vont tenter d'ouvrir le « Kessel » pour dégager et sauver ce qui peut encore l'être.

Une courte préparation de Nebelwerfer, un piqué de Stukas, les Panzer et leur appui se mettent en marche.





Il faut faire vite, les quelques reconnaissances aériennes ayant pu passer la ligne de front font état d'importantes colonnes mécanisées progressant sur les flancs, plein Ouest, à quelques encablures, tandis que plusieurs groupes d'artillerie hippomobile d'une Armée combinée, roulant et piétinant lourdement sur les chemins poussiéreux, convergent de face en direction du village.






 L'avance allemande ayant bien démarré, la coordination s'émousse pourtant au fur et à mesure des « rencontres ».



 
Bois, canons antichars, nids de mitrailleuses ... désorganisent déjà les mouvements, alors qu'intervient du plus sérieux : d'abord les SU 76 d'infanterie qui prélèvent leur tribu de Panzers, ensuite Katiouchas, SU 85 efficacement guidés par leurs tankodeseantniki (infanterie portée)... pour mettre un terme à la contre-­attaque allemande.





Les encerclés, retranchés de leur côté dans le village, ayant repoussé plusieurs attaques soviétiques, soumis à de violents tirs de mortiers, ont du mal à coordonner leurs actions pour tenter une sortie.







Celle ci, tardive, ne se fera que pour quelques isolés, tandis que l'élément le plus avancé du kampfgruppe de secours (un camion), échouera à quelques centaines de mètres des assiégés.

Quelques centaines d'hommes qui iront grossir la masse des prisonniers condamnés aux camps de Sibérie...

2 commentaires: