Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

2 déc. 2007

Combat de Bernetz, 6 juillet 1758 (Ticonderoga - Episode 1)

Troupes franco-canadiennes = Jean-François, Christophe et Pierrot.
Troupes anglo-américaines = J-A, Franck, Nico et Michel (bienvenu au nouveau !!!)

Voilà plusieurs jours que des scouts canadiens observent les opérations de l’armée britannique. Le débarquement des troupes s’est effectué à la pointe nord du Lac George, au vue et au su des Franco-canadiens.


Trois colonnes de division ont été constituées et s’apprêtent à pénétrer dans cette forêt canadienne. La tache des britanniques s’avère angoissante et dangereuse. Ils devront traverser au plus vite ses forêts denses, où le danger peut surgir à tout moment.




Peu d’espaces ouverts qui permettraient un déploiement des bataillons en cas d’attaque, et des couloirs de marche quasi inexistants, si ce n’est une clairière étroite le long de la rivière La Chute.


D’autres obstacles pourraient s’avérer également dangereux, comme ces collines escarpées qui empêcheront les troupes réglées d’avancer en ligne, ou encore des rochers infranchissables.

Mais la forêt elle-même, est le principal obstacle limitant la plupart des mouvements à mi-vitesse, et rendant la visibilité pour beaucoup d’unités très réduite (9cm de distance, soit 180 m). Quant aux clairières, elles sont bien sur sous la surveillance étroite des troupes françaises, qui ont eu, par exemple, tout le temps d’aménager une levée de terre au débouché de l’une d’entre elles.



L’une des colonnes avance donc le long de la rivière sans trop de menaces par ailleurs. Elle est composée à la fois de miliciens américains et de troupes de la Garde anglaise. (Nico et Michel)


Pour la deuxième colonne, la tache se révèle très rapidement beaucoup plus angoissante. Mais les officiers en présence, maintiennent cependant la coordination au sein des tuniques rouges. Les colonnes de marche avancent dans un silence pesant, et sur le visage des hommes l’angoisse de l’inconnu se lit dans leurs traits tirés. (Franck)

La dernière colonne, fermant le dispositif sur la gauche, est composée de troupes légères beaucoup mieux préparées à ce type de terrain. Rangers américains, cavaliers légers vétérans des combats en Europe, infanterie légère anglaise, sont ainsi les unités sur qui repose la délicate mission de débusquer les canadiens et leurs alliés Iroquois et Hurons. James Wolfe qui commande l’armée expéditionnaire depuis quelques mois, a offert aux volontaires rangers une prime de 5 guinées pour tout scalp rapporté. 10 … si c’est un indien. (J-A)

Les Roger’s Rangers, experts dans la chasse à l’homme n’en croient pas leurs yeux. Ils viennent de découvrir une chaumière au milieu de cette forêt, où la quiétude des habitants contraste étrangement avec l’angoisse ressentie par les tuniques rouges.


S'en est trop de cet affront aux guerriers qu’ils sont. Ce bonheur au milieu de l'enfer leur est intolérable. Ils doivent payer pour les semaines de souffrance vécues dans ces terres inhospitalières. Les hommes observent ce bucheron qui coupe du bois, sans se douter qu’il est observé. A ses côtés, se tient une squaw et un gamin. Ce sera rapide et facile; il n’y a plus à hésiter. Les Rangers ne laissent aucune chance au trappeur Jean Dugrand et son épouse Petite fleur de Printemps. Leurs scalps trônent maintenant à la ceinture du major Mac Calligan.


Soudain sur leur gauche, ce sont deux unités d’indiens qui font feu sur eux. Les Hurons hurlent leurs cris de guerre. De tout côté, des rangers tombent fauchés par les balles. La petite unité de cavalerie légère est littéralement brisée : 50 % de pertes. Sans est trop pour ce détachement qui déroute, laissant les Rangers seuls face aux peaux rouges. Mais c’est mal connaître ces hommes farouches qui reçoivent comme il se doit, ces présomptueux indiens qui sont brisés dans leur élan. L’une des unités déroute même, et ne stoppera sa fuite que bien plus loin.

Au centre, les combats se révèlent tout aussi intenses et violents. Les franco-canadiens maîtrisent avec brio les attaques d’agression, sans grandes pertes infligées dans un premier temps, mais retardant un peu plus à chaque tour l’avance de la colonne de division.

Elle va droit là où les unités de milice française souhaitaient les emmener: sur une colline escarpée. Les attaques se font plus virulentes sur le régiment d'Highlanders, déployé en avant de la colonne de marche.
Les pertes deviennent préoccupantes, d’autant que les miliciens et coureurs des bois ne cessent de disparaître et fondre à nouveau sur eux.


Mais les tuniques rouges tiennent et poursuivent leur avance. Jusqu’à aboutir en haut de la colline, où un feu d’enfer leur fait office de « bienvenue ».


Les combats de part et d’autre se prolongent. Chacun tenant fermement sa ligne de feu. Pourtant, la mission pour les miliciens canadiens est tenue, mais au prix de lourdes pertes qui impliquent une retraite prochaine inévitable.

Quant à la colonne avançant dans la clairière, tout pourrait sembler plus simple. Et pourtant, il suffit d’un bataillon de volontaires canadiens en tirailleurs en lisière de la forêt, pour rendre là-aussi les mouvements indécis.

La panique se propage ainsi un court instant dans les rangs de deux des trois brigades de la colonne.


D’autant qu’au débouché de la clairière, ce sont deux bataillons de ligne français qui les attendent derrière des buissons, appuyés par une batterie légère de 6. C’est encore du temps perdu pour l’attaque sur l’objectif final : le fort Carillon à Ticonderoga.

Le bilan est une victoire à la Pirus pour les Britanniques. Bien sur, ils sont parvenus à déboucher de cette forêt. Les dernières troupes encore en prise avec les Canadiens ne devraient pas avoir trop de mal à prendre le dessus. En revanche, les Français, à 1 contre 3 en effectifs, ont également rempli brillamment leur mission. Freiner le plus longtemps possible les tuniques rouges, pour laisser assez de temps aux troupes de Montcalm d’arriver à Fort Carillon. En prime, ils ont causé autant de pertes que les feux nourris anglais. Soit 23 figurines de pertes causées aux Anglais, contre 22 chez eux. Enfin, Deux unités de miliciens canadiens avec la batterie légère, et une unité d’indiens se sont échappées, et seront dans le dos des unités britanniques à la prochaine partie.

Du côté des Anglo-américains, le plus gênant tient dans l’état trop faible des Rogers’ rangers et surtout du 42th Highlanders qui ne pourra participer à l’attaque sur fort Carillon. Le moral reste pourtant bon au sein des troupes. C’est ainsi, qu’environ 15 000 Britanniques tenteront de prendre Fort Carillon aux 4000 Franco-canadiens de Montcalm. Si Carillon tombe, s’en sera fait de Montréal et du Canada français…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire