Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

5 nov. 2008

Ticonderoga, juillet 1758.

En ce 8 juillet 1758, James Abercromby -général en chef de l’armée britannique-, est persuadé d’une chose : aujourd’hui sera son jour de gloire ! A la tête de ces six brigades, il aura tôt fait de culbuter les faibles défenses françaises du marquis de Montcalm. Son ingénieur en chef -le lieutenant Clerk-, a bien repéré la veille, les retranchements ennemis qui lui semblent prenables par une attaque frontale. L’Anglais veut remotiver ses troupes déjà moralement battues, à cause de la mort de Lord Howe à Bernetz Brook le 6 juillet. Il lui faut une victoire rapide et glorieuse sur le marquis de Montcalm!

- La plaine de Ticonderoga -
- L'état-major du marquis de Montcalm -
A 9h du matin, le général britannique forme ses troupes pour la bataille, se déployant dans la plaine en deux lignes continues. Sur sa gauche, les régiments provinciaux, composés d’unités d’excellente milice, avancent impeccablement alignés, au son des fifres et des tambours. Abercromby peut compter sans crainte sur ces colons américains. Sur son centre et sa droite, se sont déployées les trois brigades britanniques : le fer de lance de son armée ! L’objectif principal est l’angle du dispositif français, constitué d’une redoute accrochée à un promontoire dont le relief et le peu d’espace, rendent l’ensemble imposant. Les tuniques rouges, dans une parfaite coordination, avancent lentement vers l’ennemi. La deuxième ligne de soutien est déployée en colonnes par bataillon, ce qui rend le mouvement plus lent (la coordination de l’ensemble étant plus ardue) ; mais anticipe les prochaines charges en colonnes d’attaque. En effet, Abercromby a vite déchanté, en débouchant devant le retranchement français. D’abord, parce que les levées de terre sont additionnées à une ligne d’abattis, dont les feuillages camouflent la grande majorité des troupes de Montcalm.

- La double ligne de bataille britannique -
- Sur la gauche, les régiments provinciaux -
- Sur la droite, les régiments britanniques -
- Au centre, d’autres régiments britanniques -
A 10h00,sur la gauche du dispositif anglais, la brigade provisoire de Frédéric Haldimand, constituée des Rogers’ rangers, du 42th Highlanders, du 80th Light et d’un bataillon de Grenadiers, progresse en deux colonnes de marche dans la forêt. Son objectif est double : débusquer si nécessaire des troupes légères françaises qui seraient embusquées en avant des lignes de défense, et fixer le flanc droit de l’armée franco-canadienne.

- Les lignes de défenses vues de la forêt -
A 11h00, revenant prudemment, le ranger Peterson vient rendre compte à son officier supérieur, que des indiens Hurons progressent sur leur droite, à une distance de 200 yards ( ≈ 250 mètres). La colonne stoppe immédiatement, dans un silence pesant. Haldimand ordonne à ses Rangers et aux Highlanders de se déployer en tirailleurs et de débusquer les sauvages. Quant aux Lights et aux Grenadiers, ils doivent poursuivre en avant. De leur côté, les Français à la même heure, ont déjà largement eu le temps de localiser les menaces et les points faibles des forces britanniques. La brigade du commandant Bourlamarque, en réserve à l’arrière des lignes, est rapidement sollicitée par le général en chef à distance de commandement ; et entame un mouvement en colonne de marche vers le centre dégarni d’effectifs. A gauche, les hommes des brigades Bougainville et St Pern, tout drapeaux levés, portent leurs fusils à l’épaule. Les sous-officiers et les anspessades (bas officier d'infanterie, au-dessous du caporal) hurlent leurs ordres au son des tambours. En face, les unités britanniques ont débouché sur la ligne de crête, accompagnées de batteries légères de 6 livres. La situation est dangereuse, et les nerfs des hommes sont mis à rude épreuve, sous le feu incessant de trois barges tirant au mortier depuis la rivière La Chute. Ces derniers tirent à boulets rouges sur le flanc du 1er bataillon du régiment Auvergne. Leur trajectoire oblique finissant au milieu des rangs français. Le soldat Paul Louis voit ainsi deux camarades à sa gauche, pulvérisés par les éclats d’un boulet qui a rebondi au pied de l’un et a emporté la moitié du corps de l’autre. Le jeune Auvergnin, se sentant partir à la renverse, est tout juste retenu par un vieux soldat de 38 ans qui, d’un sourire édenté, lui assène un violent coup à l’épaule : « Alors fiston, y-t’plait toujours autant ce foutu Nouveau monde ? »

- La brigade Bourlamaque, à l’arrière des lignes -
- La brigade de Lévis, derrière le parapet et des abattis -
- Les brigades Bougainville et St Pern -

- Les barges tirant au mortier sur le flanc de la ligne française -
A 11h30, l’enthousiasme et le calme reviennent malgré tout, à l’écoute du bruit sourd qui provient de Fort Carillon, et qui se traduit quelques secondes plus tard par une barge pulvérisée sur les trois présentes. Cela calmera l’ardeur britannique. Dans les bois, les indiens Hurons ont eux-aussi depuis plus d’une heure, repéré les Anglais. Le chef Kondiaronk discute dans un français approximatif avec Pierre Michel, chef canadien des coureurs des bois. Il lui affirme avoir envoyé au vieux sage ( major-général Montcalm), un messager pour faire état de la situation. Celui-ci ayant bien signalé la présence des tuniques rouges et des rangers. Il les connaît bien ceux-là, par leur réputation de scalpeurs au service de la couronne. En revanche, il parle d’unités de femmes, étrangement vétues (les Highlanders) et qui précèdent les Anglais. Le chef Huron prend alors une décision audacieuse, mais au combien hasardeuse. En effet, dans la plaine, les troupes britanniques sont entrain de grimper la pente douce vers la colline tenue par les bataillons français. Et l’occasion est trop belle d’envoyer ses braves à l’assaut, et ceci dans le dos des Anglais. Le risque est que ceux-ci ne parviennent à temps à former une ligne en double-faces ( cf : http://www.nicofig.fr/spip.php?article260 , p 5) Avec un hurlement strident, les Hurons sortent du bois et se ruent sur l’arrière des Anglais. Pour le brigadier Donaldson, l’heure de vérité est arrivée. Il doit galvaniser ses hommes, pour que le bataillon opère ce mouvement nécessaire, mais au combien délicat. Pour augmenter les chances de réussite, il prend directement le commandement à la tête de l’unité. Le lancé du dé laisse tous les joueurs anglais perplexes. (En effet, le brigadier a en Angleterre, la réputation tenace d’être un piètre lanceur de dés …). A la surprise générale, c’est pourtant gagné ! La manœuvre est un succès. Les Hurons sont contraints de stopper leur charge ; et ne peuvent dés-lors que asséner à l’ennemi des coups de feux rageurs (à 6 cm au plus de l’ennemi). Malheureusement, une balle atteint en plein front l’infortuné officier anglais. Ses propres hommes le voient s’effondrer de sa monture, et expirer en quelques instants. La brigade est dés-lors affublée d’un –1 point de moral, jusqu’à l’arrivée prochaine d’un subalterne. (Ce qui prendra ici, deux tours de jeu complets.)

- Fort Carillon -
- Une barge pulvérisée sur les trois présentes -
- L’attaque des Hurons n’aboutit pas totalement ; 
les Américains étant parvenus à former 
une ligne à double-faces -
Il est près de 12h00, et les Hurons exultent face à cette perte ennemie. Le Chevalier de Rocdam qui a chargé avec eux, a le plus grand mal à les réorganiser. A peine les indiens replient-ils, qu’ils voient surgir des bois, les Rangers et les Highlanders en tirailleurs, écrasant la faible unité des coureurs des bois. Kondiaronk se retourne, et aperçoit l’officier s’enfuir à toute jambe au beau milieu des guerriers hurons en débandade. Le piège s’est refermé sur eux. Les indiens s’effondrent tout autour de lui, pris sous le feu des lignes anglaises sur leur dos et en avant. Il n’y a plus d’échappatoire possible. Il voit ses braves se précipiter vers les Anglais … mais pour se rendre. Certains sont achevés à coups de crosse, avant que les officiers ulcérés, ne donnent l’ordre à leurs hommes de cesser ce massacre. C’en est fini des Hurons.

- Les coureurs des bois sont fauchés par les Rogers’ Rangers
et les Highlanders en tirailleurs
A 12h30, tout le long des retranchements et des abattis, le feu français redouble de plus belle. Les Britanniques, malgré le nombre, éprouvent les plus grandes difficultés à rendre coup pour coup dans ce duel de feu. Les hommes s’effondrent, touchés de plein fouet. Alors que les Français, retranchés derrière leurs positions, souffrent bien moins des tirs pourtant réputés efficaces des Anglais. Le moral de certains officiers britanniques commence à chanceler alors, pestant contre le choix des positions de départ.. Albercromby n’aurait-il pas été trop présomptueux en ayant changé sa tactique, par cet étalement des troupes le long de tout le dispositif ennemi ? Autour de la redoute, les réserves sont attendues avec angoisse. Le commandant Lawrence pris d’une panique soudaine, semble lâcher prise. Il faut toute la volonté de ses compagnons, pour lui redonner courage. Sa rage n’en n’est que plus grande : « Ces bouffeurs de grenouilles vont payer chers le sang versé ! » La deuxième ligne de soutien, est enfin prête à l’assaut. Les colonnes d’attaque, constituées chacune de deux bataillons en colonne, montent à l’assaut dans une frénésie générale, aux cris de «Vive le roi » et « Pour Howe ». Il faut tenir face au tir de riposte …. Puis tenir au moral …. Puis encore tenir dans la mêlée.

- Les Britanniques éprouvent les plus grandes difficultés
à rendre coup pour coup dans ce duel de feu
-
- Les colonnes d’attaque montent à l’assaut dans une frénésie générale -
A 13h00, C’est fait ! La ligne française est brisée à gauche. Plusieurs régiments replient, désorganisés voire en désordre. Les abattis, puis la redoute sont pris. Le flanc gauche français est ainsi largement entamé. Alors qu’au centre et à droite, les hommes continuent à tirer quasiment à bout portant. Les pertes s’additionnent de part et d’autre ; et tout va donc se jouer au moral. De l’attaquant ou du défenseur, qui va flancher le premier ? Toutes les réserves anglaises ont été jetées dans la bataille ; alors que du côté français, la brigade de Boulamarque avec ses 5 bataillons, est encore indemne.(Un dernier est resté en arrière, dans des tranchées) Elle constitue un renfort appréciable soit au centre, où les Français tiennent encore solidement ; soit en deuxième ligne, si le choix français était de lâcher ses positions et de reformer une nouvelle ligne de défense plus en arrière. Les Anglais devant pousser jusque-là, avec des bataillons en ligne, désorganisés par le passage des abattis et des levées de terre. Le grand danger vient du côté droit du dispositif général. En fait, c’est un boulevard qui est ouvert aux troupes de Haldimand qui sortent avec une seule perte des combats en lisière de forêt.
- Au centre et à droite, les hommes continuent à tirer
quasiment à bout portant
- C’est fait ! La ligne française est brisée à gauche -
La partie s’achève ainsi à 13h30 (10ème tour de jeu) sur une incertitude générale. Cependant, un premier bilan peut être fait :

Points de victoire:

Les Anglais: (à l'attaque)
- redoute G prise: 10 points
- pertes ennemies infligées: 10 points (23 pertes; 5 points par tranche de 10 pertes)
- général ennemi tué ou capturé: 5 points
- unité ennemie en débandade, suite au seuil de pertes
tolérées dépassé, et retirée de la table= 1: 2 points
total: 27 points victoire

Les Français: (en défense)
- redoute F gardée: 10 points
- pertes ennemies infligées: 15 points (37 pertes; 5 points par tranche de 10 pertes)
- général ennemi tué ou capturé: 5 points
- batterie ennemie détruite= 1: 5 points
- unité ennemie en débandade, suite au seuil de pertes
tolérées dépassé, et retirée de la table= 1: 2 points
total: 37 points victoire

Bilan : C'est donc sur une légère supériorité aux points pour les Français que s'achève cette partie. Mais la situation sur le terrain est difficile pour les armées de Louis XV. Le rapport des pertes n'est même pas de 1 pour 1,5 .. Ce qui, pour une armée à l'attaque, est courant. Bref, on est plutôt sur un équilibre de part et d'autre. Avec un avantage sur le terrain aux Anglais, qui étaient entrain de déborder sur les deux flancs. En revanche, au centre, la ligne des tuniques rouges a bien souffert, et tout était encore à faire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire