Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

26 juil. 2011

En route pour Fort Quitman : Texas 1868

Fort Quitman, à l'extrême ouest du Texas, et à quelques heures de cheval du Rio Grande.
Nous sommes en 1868, le fort a été desactivé depuis la fin de la guerre, et réoccupé depuis peu.
Les affaires ne sont pas simples à gérer quand on est officier par intérim du poste.
1) Les travaux d'aménagement du fort piétinent faute de livraison de matériaux. 
2) Il faut préparer la venue du nouvel officier commandant, ignorant tout de l'Ouest mais très fort en géologie et au sabre parait-il... 
3) L'insaisissable chef apache Sierra Charriba et ses sbires ne daignent toujours pas repasser au Mexique, histoire d'aller f..... la m.... ailleurs. 

Une chose reste positive pour le lieutenant Garfield, ses conséquentes réserves de whisky... 





Bien de l'agitation en cette journée de septembre 1868 à Fort Quitman.
D'abord plusieurs équipes étaient au travail, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, pour la réfection du fort.Les travaux traînaient en longueur depuis plusieurs semaines.
Le fort était désaffecté depuis la capitulation de Lee.Les raids apaches, les incursions de desperados et jay hawkers venus du Mexique justifiaient sa remise en service.
 




Un convoi de matériel était d'ailleurs attendu en provenance de Tombstone. Un peloton partit donc pour lui servir d'escorte, à partir du point d'eau de Dead Horse Creek.
Un nouvel officier devait également arriver par la diligence au trading post de Bad Water pour reprendre la troupe en main et superviser les travaux. Là aussi un peloton se mis en route pour aller l'accueillir et le ramener ensuite au fort.









Tous ces mouvements ne restèrent pas inaperçus des différentes bandes d'Apaches écumant la région.
Ayant bien roulé, le convoi de matériel arriva en premier au point d'eau. Par contre, le peloton d'escorte devant le rallier emprunta un canyon encaissé et subit une embuscade.






Malgré la perte d'un cheval, la jonction avec les chariots pu se faire. Le coin n'étant décidément pas sûr, le retour s'est effectué au galop, occasionnant la perte d'un fourgon.
Le convoi fut ensuite inquiété à quelque distance du fort par une bande de guerriers, mais ces derniers furent tenus en respect par les sentinelles en faction sur les murs, et les équipes travaillant en extérieur.





De son côté, la diligence transportant l'officier fut attaquée par deux partis d'indiens, ce qui ne l'a pas empêchée de rallier le trading-post lequel se mit illico sur la défensive. Après plusieurs tentatives infructueuses contre le relais, les pertes causées aux indiens (dont leur chef) par les défenseurs et le peloton d'escorte arrivé inopinément les firent renoncer.
Ils repartirent cependant avec une vingtaine de chevaux, ainsi que quelques armes et scalps « frais ».








Quelques victimes furent donc à déplorer du côté « blanc », dont l'excellent shérif et l'officier commandant le fort. En y ajoutant les chevaux capturés, le peloton de cavalerie exterminé et la grange brûlée, la balance penche plutôt pour les apaches, tandis que du côté du fort, l'essentiel du convoi de matériaux ainsi que les équipes de travail ont réussi à se mettre à l'abri, malgré quelques pertes.
Là, l'avantage reste aux tuniques bleues ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire