Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

15 mai 2012

Hué, Offensive du Têt. Episode 2 : 13 Février 1968


Hué, quartier de Phu Qat.



Mauvaise pioche pour les grunts de la première section Bravo 1/5 ; après que la contre-attaque viet de la nuit dernière ait sérieusement amoché les effectifs de la compagnie Alpha, c’est maintenant leur tour de prendre la relève en première ligne.

Toujours le même scénario qui se répète invariablement : le jour, les marines conquièrent un par un les immeubles fortifiés au prix de pertes éprouvantes ; la nuit, les infiltrations et parfois même les contre-attaques lancées par l’ennemi prélèvent leur dû en victimes supplémentaires.

Après deux semaines de combat opiniâtre, les Américains ont enfin pu atteindre le confluent de la rivière des parfums et du canal. Depuis deux jours, ils ont entrepris de reconquérir les quartiers est de la ville. Mais la résistance ANV se fait de plus en plus obstinée au fur et à mesure qu’ils progressent vers la citadelle impériale.

Bref, la reconquête de Hué est comme un gros sandwich nauséabond dont les sections du bataillon, chacune à tour de rôle, se tapent une petite bouchée. Et celle là risque d’être particulièrement indigeste…

Au menu du jour : en hors d’œuvres, les entrepôts marchandises du marché Dong Bâ, histoire d’ouvrir l’appétit.
Vient ensuite le plat principal : le franchissement du canal, traquenard assuré.


Le dessert enfin, les ruelles et jardins du quartier résidentiel bordant l’enceinte de la citadelle de la "Paix céleste", guet-apens convenus à chaque recoin.


Prudemment, les trois squads progressent par bonds successifs, attentifs à chaque fenêtre de chaque édifice, à chaque anfractuosité du sol pouvant receler une grenade vicieusement camouflée.



Cette fois ci, l’ANV semble s’être sagement repliée sur la rive opposée du canal ; pas d’embuscade ni même de piège dissimulé ici et là. Les unes après les autres, les équipes de la section prennent position le long des berges du canal pour négocier l’étape suivante. En retrait, un M48 Patton remonte l’avenue principale pour venir appuyer l’infanterie qui va s’engager sur le pont.




Une fois toutes les unités d’appui feu déployées en couverture, le PC envoie quelques hommes faire mine d’inspecter les berges, histoire d’appâter l’ennemi et le forcer à se découvrir.


Timidement, un sniper embusqué sur l’autre rive tente de poinçonner sa cible sans succès. Les marines répliquent à la M60 et au lance-grenade M79 mais le tireur réussit à se soustraire au déluge de feu US et disparaît.


Posté au creux du fossé situé à proximité de l’entrée du pont, le premier squad balance quelques grenades fumigènes avant de s’engager sur le tablier.



Alors que les premiers grunts posent un pied sur l’autre rive, un second sniper ouvre le feu d’un bâtiment situé dans l’axe de la rue principale tout prés du mur d’enceinte de la citadelle. Le viet manque encore sa cible, mais sa position est immédiatement repérée par un groupe M60 qui rafale la façade. Touché ! Le tireur blessé doit lui aussi décamper.


Pendant que le groupe de tête prend position au pied des bâtisses qui encadrent immédiatement l’extrémité du pont, d’autres le rejoignent en empruntant les barques qui sont amarrées le long du canal.


Encouragé par la tournure des évènements et confiant dans sa puissance de feu, l’américain décide d’infiltrer ses premiers éléments le long des ruelles et dans les maisons d’habitation pendant que les unités restées sur l’autre rives convergent vers le pont. Tout va bien, tellement bien que cela ne pouvait pas durer…


Demeuré en position d’appui à hauteur du pont, le Patton s’apprête lui aussi à manœuvrer mais reste désespérément bloqué sur place tandis qu’une épaisse fumée noire s’échappe du bloc moteur : panne mécanique (très mauvaise pioche d’une carte "Fog of War")


Pendant ce temps là, de l’autre côté du canal, les marines pénètrent par petits groupes à l’intérieur des habitations et se faufilent à travers les clôtures. Peu habitués au combat urbain, ils perdent insensiblement la coordination initiale de leur déploiement pour progresser de façon plus désordonnée à travers un espace plus compartimenté. Ce faisant, ils ne peuvent plus compter sur leur imposante puissance de feu. C’est justement sur ce terrain précis que les défenseurs, positionnés prudemment en retrait, l’ont patiemment attendu.


Ils ont minutieusement préparé leurs lignes de tirs, le débattement de leurs armes lourdes, les couvertures de leurs itinéraires de replis ainsi que le positionnement d’une ligne d’arrêt puissamment fortifiée.

Déclenchant simultanément leurs tirs de réaction à portée optimum, les Viets saturent littéralement le terrain de leurs tirs croisés et provoquent immédiatement la perte de plusieurs éléments US.


L’américain encaisse durement et s’efforce de rendre coup pour coup, efficacement appuyé par le M48 qui, bien qu’immobilisé, peut tout de même encore tirer sur les rares positions ennemies les plus exposées.



Afin d’alimenter en renforts les unités au contact qui viennent d’être sévèrement éprouvées, le commandement US fait rapidement remonter les équipes de deuxième échelon. Esquivant la manœuvre des Américains, les bodoïs reculent progressivement pour se reformer sur la ligne d’arrêt située à proximité de la citadelle et y font converger leurs propres renforts.

La partie s’arrête là.
Les marines, privés d’appui blindé, décident de tenir et consolider leur tête de pont en attendant le soutien du reste de la compagnie.
De son côté, l’ANV prépare l’inévitable contre-attaque qu’elle lancera une fois la nuit tombée.

5 commentaires:

  1. Excellent table, beautiful figures, and an outstanding AAR! Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thank's Shawn !
      I hope it's quite understandable with the translator

      Supprimer
  2. Those buildings look absolutely terrific! Are they scratchbuilt? And if so, how did you make their terraces?

    RépondreSupprimer
  3. Indeed, it's scratchbuilt with calendars. The terraces are made with HO railway..

    RépondreSupprimer
  4. Toujours un style extraordinaire, une table peut-être encore plus belle que d'habitude, un suspense ébouriffant...encore une fois bravo!
    Phil.

    RépondreSupprimer