Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

5 mai 2012

Opération "Junction City" : 26 février 1967.


Depuis la guerre contre les Français, la province de Tay Ninh a toujours été un sanctuaire pour l’insurrection, d’abord celle du Viet Mihn puis du Viet Cong en 1955.


Rebaptisée "Zone de guerre C" dans le jargon du Pentagone, elle s’étend sur plus de 3.600 kilomètres carrés parsemés de rizières et d’immenses plantations d’hévéas. Au nord et à l'ouest, elle est bordée par le Cambodge. La forme incurvée de la frontière lui donne sur la carte cette allure caractéristique d’ "oreille d’éléphant".


En ce début d’année 1967, les renseignements américains ont acquis la certitude qu'elle sert de repère au "Bureau central du Vietnam du Sud", principal QG communiste. Terré au cœur d’un immense complexe de tunnels reliant entre eux une multitude de villages fortifiés, le BCVS y coordonne et planifie l'ensemble des opérations de guérilla dans tout le Sud. Ajoutons en outre que la province marque le terminus de la piste Ho Chi Minh, qu’elle est défendue par une division vietcong et un régiment de l'armée régulière nord-vietnamienne, autant dire qu’une telle menace si proche de Saïgon ne pouvait plus longtemps être ignorée.

L’opération "Junction City" prend la forme d’un immense casse tête logistique : 250 hélicoptères mobilisés, 25.000 GI’s engagés soit 22 bataillons, des parachutages de grande envergure, la construction de plusieurs dizaines de bases de soutien et de zones d'atterrissage.

Deux opérations préliminaires, "Gadsen" et "Tucson", ont pour but le déploiement des effectifs US sur tout le pourtour de la zone d'opérations. Ces troupes constituront le "fer à cheval" destiné à encager la 9e division VC et le 101e régiment nord-vietnamien afin d'éviter tout repli communiste vers le Cambodge.


L'opération elle même est déclenchée le 22 février 1967 et consiste au ratissage de la zone. Le terrain, bien que très obstrué, est jugé suffisamment plat pour permettre l’engagement massif des unités mécanisées


Pour conclure cette présentation, disons simplement que les viets, informés à temps par leurs réseaux d’espionnage, ont largement eu le temps de replier le gros de leurs forces au Cambodge. Ici et là, quelques unités laissées en arrière seront chargées d’accrocher les américains si une occasion favorable se présente. Dans le cas inverse, elles pourront aisément disparaître à l'abri de l’immense réseau de tunnels. Une de ces actions fournira le cadre fictif du scénario.


26 février, aux abords de la rivière Trai Bi, des éléments mécanisés de la 2e brigade (25e US division "Eclair tropical") poursuivent sans illusion leur monotone mission de "balayage & nettoyage" contre un ennemi qui, jusque là, refuse obstinément de se montrer.



Malgré tout, le lieutenant est un homme sourcilleux qui tient par dessus tout à appliquer le manuel à la lettre. Arrivé à proximité de la rivière, il fait descendre ses hommes des blindés et dépêche quelques équipes-feu reconnaitre les berges.


Soudain, venant de l’autre rive, retentissent les staccatos caractéristiques de AK47 amplifié par la réplique des M16 …Contact !


Embusqués dans l'ombre des bambous qui bordent la rivière, un groupe de viets nerveux a ouvert le feu trop précipitamment et gâché l'effet surprise. Après un court échange d’amabilité, ils ont préféré rompre l’engagement avant que les blindés légers ne puissent être en mesure de hacher leur position à la 12.7.


Bien heureux de s’en sortir indemne à si bon compte, l'américain décide de prendre les affaires en main et déclenche immédiatement l'offensive.


Le plan est simple : les platoons 1 et 2 pousseront par delà la rivière en direction village tandis que le 3e, sur le flanc droit, fonçera plein pot à travers les rizières pour se rabbattre ensuite sur les arrières de la présumée position ennemie.


Couverte par l’impressionnant alignement de blindés légers, l'infanterie US progresse en direction de la rivière.


Alors que les premiers GI’s s’engouffrent uns à uns dans la végétation touffue, la fusillade reprend de plus belle, violemment.


Un second groupe de VC lui aussi posté sur la berge opposée engage le 1er platoon à bout portant laissant quatre pertes US sur le carreau.



Sur le flanc opposé, le 3e platoon progresse à découvert au milieu des rizières quand il est pris pour cible par des tirs de snipers (carte "Trap !") qui lui causent une perte



Soucieux de se prémunir contre tout risque d'infiltration ennemie qui pourrait passer entre les maille du dispositif, l'américain dépêche une fire team du 3e platoon en direction de la rivière avec pour consigne de fouiller les taillis.


Mais alors que cette dernière prend pied sur la petite plage qui borde le coude de la rivière, elle est à son tour victime d’une embuscade en règle. Décimés et désemparés, les GI’s se retrouvent dangereusement à la merci des viets qui peuvent à tout instant franchir le cours d’eau pour finir le travail.

Non loin de là, un ACAV s’engage trés prudemment sur le pont, sans provoquer la réaction ennemie attendue..



Plus à gauche, l'infanterie du 2e platoon franchit la rivière rapidemment suivie des M113 qui prennent position sur la rive opposée.




Ce faisant, cette progression permet de soulager le 1er platoon encore fixé par la résistance ennemie.


Ce dernier repart à l’assaut. Débordés sur leur flanc et faisant face à une attaque coordonnée, les VC parviennent in extremis à se dégager en proffitant d'une entrée de tunnel située à proximité tout en prennant soin d'emporter leurs blessés.


Au centre, à la hauteur du coude de la rivière, Charlie décroche également en renonçant de mauvaise grâce à sa proie laissée exsangue sur la plage. La manœuvre du 3e platoon ayant portée ses fruits, il ne tient pas se voir coupé de sa ligne de retraite.

Pour parer à la menace qui se dessine de ce côté ci, le vietnamien joue sa deuxième carte "Trap !" et fait apparaitre un bunker garni d'une mitrailleuse sur le flanc droit du 3e platoon. Elle a juste le temps d'occasionner une perte supplémentaire à l’américan avant de se faire broyer par les blindés.


La ligne de défense que le viet avait positionné le long de la rivière vient de sauter. L’américain peut souffler et découvre même deux entrées de tunnel qu’il neutralise à l’explosif.



Arrivé sur le site de l’embuscade, un groupe du 3e platoon procure les premiers soins aux infortunés et évacue les blessés les plus graves.


Le PC américain peut maintenant coordonner le prochain bond en avant. Ojectif : le village.
Prudemment, le ACAV posté sur le pont s’approche des premières huttes.


La riposte ne se fait pas attendre : une roquette de B40 tirée d’une haie sur sa droite le manque de peu alors que les AK47 se déchainent de nouveau.

A partir de là, les évènements s’emballent crescendo et cela tire de partout à la fois !

Immédiatement, la fire team de soutien bondit en avant pour prendre de flanc les malotrus, qui se retrouvent fixés par leur tir précis.
Du village, une mitrailleuse lourde VC à l'abri d'un bunker se découvre alors et cloue sur place les GI’s.

Sur la droite, un deuxième ACAV (du 3e platoon) entre à son tour dans la danse, provoquant le repli précipité des fantassins viets qui sont déchiquetés par la réplique du premier ACAV !

Jouant sa chance, un canon sans recul jusqu’à lors planqué dans son bunker tente de prendre pour cible le véhicule qui vient de surgir, mais pas assez vite. Repéré par l’équipage du blindé léger, il est immédiatement détruit par le tir conjoint de la 12.7 et des deux M60 de bord !!



Résultat de cet échange nourri : un groupe VC et un canon sans recul au tapis, une fire team US choquée. La mitrailleuse lourde du village indemne et toujours dangereuse à l’abri de son bunker.
Le premier ACAV repart donc en avant pour traiter la menace, mais explose soudainement victime d’un deuxième canon sans recul vicieusement positionné pour interdire la piste.


L’américain accuse le coup et décide d'analyser la situation avec flegme et méthode.
Le troisième platoon étant bien placé pour régler son sort au canon sans recul, il concentre l’effort des deux autres sur l’assaut du village, et avant tout de la mitrailleuse qui est prise sous les feux conjugués de tous les véhicules disponibles.
Ceci fait, l’infanterie n’a plus qu’a cueillir les prisonniers viets mis complètement KO par ce déluge de feu.


Plus à gauche, le reste des défenseurs VC décide de replier en abandonnant ses bunkers. L’infanterie US s’empare sans coup férir des positions ennemies.



Sur le flanc droit, le 3e platoon pousse jusqu’à la piste.



Sentant la pression US devenir irrémédiablement de plus en plus forte, le commandement VC décide qu'il est temps de replier avec armes et bagages. Les derniers défenseurs disparaissent dans les tunnels ou gagnent furtivement la lisière de la plantation d’hévéas située à proximité. La partie s’arrête là.


Les quelques prisonniers tombés aux mains des troupes américaines sont ramenés à l’arrière.


En conclusion, une victoire US mais payée au prix lourd. Les viets sont quand à eux bien entamés mais ont réussi à s’esquiver avant d’être totalement mis KO par la puissance de feu de leurs ennemis.

6 commentaires:

  1. Super ambiance, merci pour ce rapport.
    Ludiquement

    RépondreSupprimer
  2. Je n'étais malheureusement pas présent, mais superbe table cyril !!!!!

    Gio

    RépondreSupprimer
  3. Encore une fois, un CR superbe et complet! Les légendes sont à la hauteur des photos, magnifiques, et les figurines ne sont pas en reste. On s'y croirait! C'est ne des rares périodes que l'on ne joue pas au club, mais ça donne vraiment envie. Bravo!

    RépondreSupprimer
  4. bravo un super CR et une table magnifique

    RépondreSupprimer
  5. Great terrain and report!

    Frank
    http://adventuresinlead.blogspot.com.au/

    RépondreSupprimer