Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

28 févr. 2009

La bataille de Paris, mars 1814.

Le 30 mars 1814 les Maréchaux Moncey et Mortier et Marmont s'appretent à jouer leur va-tout face aux alliés pour défendre Paris, ils connaissent la portée symbolique de cette bataille car à 1 contre 10 les Français n'ont aucune chance de l'emporter, mais il est hors de question que la capitale du premier Empire se rende sans combattre!
les Français font face à 3 insufifisances, les troupes, l'armement et les fortifications...
les Alliés arrivent devant Paris le 29 mars, les combats ne commencent que le lendemain.
Ils ont laissé en arrière de nombreuses troupes pour prévenir un retour de Napoléon.

Le rapport de bataille:
Cette partie s'interessent plus particulièrement aux combats que Marmont mena avec les généraux Ricard et Lagrange, face aux troupes russes de Barclay de Tolly, aux alentours du Près St Gervais, entre Bagnolet et Pantin.

Les troupes françaises sont dirigées par Giò et JC, les russes par Thierry et Mickael.
Cette partie s'est jouée en utilisant les règles italiennes amandées de "Aquile" et des figurines 28mm de marques Foundry, Front Rank et Perry.

 Dès le début des hostilités, les Français prennent l'initiative et gagnent des positions défensives, occupant maisons, villages, murets, champs....


Sur la droite française, les combats opposent essentiellement Giò à Thierry.
La batterie de 12 livres française se déploit en position en bordure d'un champ et commence à cracher la mort sur les grenadiers russes, en quelques salves c'est un vrai massacre qui se matérialise...un bataillon recule, un autre s'enfuit, un troisième se fait anéantir sur place...l'attaque frontale d'un batterie lourde fut fatale à ces fantassins...une batterie russe essaya de les soutenir...mais trop tard!

de son coté la cavalerie légère farnçaise, representé par quelques escadrons du 7ème Hussard charge des cosaques en tirailleurs et les repoussent au loin, de retour dans leurs lignes, les hussards surprennent de flanc une unité d'infanterie ennemie et la mettent en déroute, dans la foulée, ces cavaliers intrépides n'hésite pas à essayer de surprendre de la meme manière un second bataillon russe, ce dernier réussissant à former un carré in extremis bloquent la charge et les cavaliers fourbus renoncent à cette nouvelle proie!


l'infanterie française rangée en ligne, reste statique en position défensive et n'a aucunement besoin d'intervenir, tout se règle à coup de canons et de sabres...seul un bataillon léger qui préside un petit bois sur l'extrémité de la ligne française fait le coup de feu sur les cosaques de retour qui tentent de contourner la ligne farnçaise, les cavaliers tombent, mais persistent dans leur avancée, meme s'il leur sera trop tard pour intervenir sérieusement dans la bataille.


Sur la gauche du dispositif français, qui oppose Mickael à JC, l'infanterie prend position, l'ennemi se forme en colonne et monte à l'attaque avec détermination, soutenu par une batterie de canons de 6 livres russe, le premier choc va avoir lieu!
Après l'échange de quelques salves de mousquets, l'attaque se concrétise! les français ajustent leurs tirs retenus jusqu'au dernier moment et provoquent de nombreuses pertes dans les colonnes ennemies! cela provoque la fuite d'un premier bataillon de fantassins russes, effrayés par l'importance des pertes subies!
Mais lors de la seconde attaque, un bataillon français fini par etre anéanti par 2 bataillons russes, cependant les autres fantassins français retranchés dans le village, les maisons et derrière des murets, finissent par mettre en déroute un second bataillon sous leurs feux croisés!


A la fin de l'engagement, les Russes ont perdu 4 bataillons, les Français un seul, on peu donc logiquement leur accorder la victoire sur la base d'une belle stratégie défensive, aidé par une belle réussite aux tirs!

Paris est pour l'instant sauvée, tout au moins sur ce front ci! mais que peuvent à terme les 6000 défenseurs de Paris face à 70.000 adversaires déterminés?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire