Bienvenue sur le blog du Shakko, groupement de joueurs au sein de l'association Rennaissance & Culture
(Sainte Geneviève des Bois dans l'Essonne). Le club, avec 30 ans d'existence , joue "HISTORIQUE" (du Moyen-âge à nos jours) et "FANTASTIQUE" ( Warhammer 40000, Warhammer Battle , Seigneur des anneaux ...) tous les samedis après-midi
Pour nous contacter ou vous tenir au courant rejoignez nous sur notre FORUM

11 juil. 2010

Un taxi pour Daejon, 15 juillet 1950.

Province du Chungcheong.
Après vingt jours d’offensive éclair, rien ne semble pouvoir contenir l’avance rapide des troupes de Kim Il Sung. A la mi-juillet, l’avant-garde de l’Armée populaire a atteint la rive nord de la rivière Kum, dernier obstacle naturel protégeant la capitale provinciale de Daejon, carrefour stratégique du centre de la Corée. Pour la 24e division US, il s’agit maintenant d’établir une ligne de défense solide sur la Kum et de s’y maintenir vaille que vaille le plus longtemps possible.


Le seul atout majeur sur lequel l’Etat major de Macarthur peut compter réside dans la supériorité aérienne. La maîtrise du ciel lui est désormais acquise : l’ennemi est contraint de se déplacer uniquement de nuit, sur le réseau routier secondaire. De jour, ses blindés restent tapis à couvert des moindres vergers qui parsèment la région et ses convois en hommes et matériels sont systématiquement traqués avec pour effet de retarder sensiblement la concentration des forces sur le front de la Kum ainsi que le tempo des offensives.


Dans la nuit du 14 au 15 juillet, l’Armée populaire tente pourtant de reprendre l'initiative : deux divisions soutenues par une cinquantaine de T34/85 sont lancées à l’assaut de la rivière Kum défendue par les maigres forces de la 24e division US et les restes encore valides d’une armée sud-coréenne quasi exsangue.


Dans le secteur de Taepyong-Ni, le 1er bataillon du 19e régiment US tient fermement ses positions malgré l’étirement extrême de sa ligne de front, se montrant ainsi digne de son surnom The Rock of Chikamauga chèrement acquis 90 ans auparavant face aux troupes confédérées. Mais partout ailleurs, la rivière est franchie et le front percé. De larges brèches béantes sont ouvertes par lesquelles l’ennemi s’engouffre en direction du sud, vers Daejon.


Au petit matin du 15, le colonel Meloy (en charge du 19e) reçoit l’ordre de décrocher de toute urgence sur Daejon afin de prévenir in extremis la manœuvre d’encerclement que l'ennemi est en passe d'accomplir.



Placement :

La partie commence alors que le désengagement des troupes de première ligne, soutenues par l’artillerie et l’aviation, s’est opéré sans anicroche.


Les trois compagnies US (Able, Baker et Charlie), dont les effectifs ont été gonflés par tous les personnels logistiques disponibles (y compris les musiciens de la fanfare et les cuistots), se sont rassemblées sur une colline à proximité de la route principale n°1 à hauteur du village de Kadong-ni.


Jusqu'à ce jour, le village abritait le PC du régiment ainsi que la réserve (une compagnie de 12 chars légers Chaffee du 78th Heavy Tank Battalion et la compagnie Dog du 3d Engineer Combat Battalion).


Plus au sud, le long de la Main Road en direction de Daejon, les platoons de la compagnie de reconnaissance divisionnaire sont déjà en maraude, surveillant carrefours et voies secondaires par où l’ennemi doit déboucher. Plus loin vers l’ouest, un avion d’observation Bird Dog du 3d Tactical Air Control Command scrute lui aussi attentivement tout mouvement suspect.


L’ennemi est bien là, lui aussi précédé par l’écran de ses unités reco motorisées (side-car et BA-64).



Progressant par l’est et l’ouest, des éléments de la 3e division d’infanterie précédés par les T34 du 107e régiment blindé, convergent vers le village de Palsan-Ni qui contrôle le débouché d’un étroit défilé enserrant la route n°1.


Signalée le matin même par une unité reco déjà sur place, la passe offre une situation rêvée pour qui souhaite couper la ligne de repli aux forces US.

Venant de l’est : deux bataillons du 9e régiment d’infanterie, ayant avalé les kilomètres et la poussière, se rapprochent de la chaussée principale. Au sud, le premier bataillon formé en colonnes de compagnie entame l’ascension de l’imposant massif qui permet d’atteindre le village de Palsan-Ni.


Plus au nord, le deuxième bataillon a longé les berges de la rivière pour arriver face à la colline où leur reco a repéré le regroupement des GI’s du 1/19.

Venant de l’ouest, une colonne de 12 T34/85 est repérée par l’observateur aérien. L’information est confirmée à la fois par les M8 Greyhound de la section reco et l’observateur d’artillerie du 11th Field Artillery Batallion niché au sommet d’une colline surplombant l’étroite vallée.

La colonne blindée précède un dernier bataillon (du 7e régiment d’infanterie) ainsi qu’une colonne motorisée composée de 12 automoteurs SU-76 (le bataillon d’artillerie autotractée de la division), deux batteries de pièces antichar 45mm et deux batteries de mortiers lourds de 120mm.

Tour 1

L’initiative est au joueur US. Le premier ordre issu du PC mobile du colonel Meloy ordonne aux Chaffee acompagnés d’un détachement de Quad M16 du 26th AntiAircraf Batallionde foncer plein pot sur Palsan-Ni. Les deux tiers de la table sont franchis en à peine un tour de jeu….


Malheureusement, l’infanterie reste à la traîne : la sanction d’un double 6 oblige la compagnie Able (pourtant en colonne) à démarrer son mouvement bien en retard tandis que les pionniers de la compagnie Dog avancent d’une centaine de mètres vers le sud.


Sur la colline à l’est de Kadong-Ni, la compagnie Charlie se déploie pour faire face aux Nord-coréens signalés en contrebas, alors que Baker, éparpillée dans les buissons, tente de se réorganiser pour pousser elle aussi vers le sud.



Côté Nord-Coréen, la tête de colonne blindée rentre sur la table. Les T34 de tête se déploient de part et d’autre de l’étroite route de terre.


Sur sa droite, l’infanterie avance péniblement vers Palsan-Ni.


Au centre, la section reco établie en surplomb de la passe repère la colonne des Chaffee progressant à grande vitesse. L’info est relayée mais l’artillerie (SU-76 et mortiers de 120) est encore embouteillée à l’ouest derrière les T34.


A l’est, les deux bataillons du 9e régiment continuent eux aussi d’avancer.


La formation la plus au sud atteint le sommet accidenté du massif qui lui fait face tandis que la seconde (face aux deux compagnies US), piétine sur place, hésitante.

Tour 2

Le plan US commence à se dessiner : les Chaffee se maintiendront à Palsan-Ni pour tenir la passe ou, si les évènements tournent mal, pour sortir rapidement par le sud vers Daejon. L’infanterie suivra à son rythme en avançant par bonds successifs de colline en colline, chaque compagnie soutenant à tour de rôle la progression des deux autres. A l’ouest, l’aviation et l’artillerie concentreront leurs feux pour tenter de contenir les éléments motorisés de l’Armée populaire.


Malgré la concentration de la DCA, le Bird Dog parvient à s’approcher assez prêt de la formation blindée pour recueillir les informations qui lui sont nécessaires.


Vernis par la chance, l’observateur aérien obtient une frappe aérienne sur la tête de la colonne blindée.


C’est maintenant au tour des F80 Shooting Star du 35th Figther Bomber Squadron d’entrer dans la danse.


Gênés par la DCA, les jets entament leur passe d'attaque en rase motte et tentent de concentrer leurs tirs sur les T34 de tête, mais sans grand effet.


Arrivés à hauteur de la passe, la colonne de Chaffee repère l’unité reco nord-coréenne. Un déluge de feu s’abat sur les malheureux scouts, fixés sur place le nez dans le sol.


De son côté, Able se traîne péniblement …


La compagnie Baker vient s’aligner sur le flanc droit de Charlie.


Côté nord-coréen, les choses semblent se débloquer. Les T34 passent le turbo et s’engagent dans l’étroit vallon qui pointe sur Kadong-ni.


L’infanterie progresse elle aussi.


Aun nord-est, l’officier en charge du bataillon malencontreusement engagé face à la colline surplombant Kadong-Ni décide d’esquiver l’obstacle et rabattre vers le sud à l’abri du hameau de Tuman-Ni.


La formation ne peut cependant pas éviter le tir des mitrailleuses Browning et des 75 sans recul de la compagnie Charlie qui lui fixent plusieurs sections.


Ayant gagné le couvert tout relatif offert par un champ d’orge, la compagnie nord-coréenne de tête tombe nez à nez avec un platoon reco US camouflé à proximité du village.


Les scouts réussissent à contenir la section du centre, mais les deux ailes nord-coréennes s’élancent aussitôt à l’assaut et submergent rapidement les américains pris également à revers par le feu des BA-64.


Tour 3

Pas de support aérien US ce tour ci. Le front de Daejon s’embrase et l’aviation est sollicitée de tout côtés. Néanmoins, l’artillerie donne à plein.

A l’ouest, les M8 Greyhound transmettent les coordonnées de tir pour cibler le bataillon d’infanterie nord-coréen du 7e régiment. A 4 kilomètres plus au sud, les quatre pièces de 155mm du 11th Field Artillery Battalion déversent un déluge de feu sur les infortunés qui sont obligés de s’éparpiller à couvert.


A l’est, les mortiers de 82mm se joignent aux mitrailleuses et canons sans recul des compagnies Baker et Charlie pour pilonner copieusement le bataillon ennemi en contrebas, achevant de le désorganiser.

Dans une débauche de munitions, la colonne blindée fini par avoir raison de la section reco nord-coréenne positionnée aux abords de la passe.

De son côté, la tête de colonne de la compagnie Able accompagnée par les pionniers parvient au sommet de la petite butte qui composait son premier objectif.


Pour les nord-coréens, rien ne va plus.
Les T34 restent bloqués dans l’étroit vallon, attendant sans doute d’être soutenus par le reste de la colonne avant d’aller plus loin.


Derrière les blindés, alors que les fantassins tentent de se réorganiser, le reste des unités motorisées est retardé par une section de SU-76 restés en arrière pour pilonner la colline où les M8 Greyhound ont été localisés.


Au sud-est, la formation qui débouche sur Palsan-Ni hésite à progresser plus avant face aux Chaffee, du moins sans soutien d’artillerie ou des T34.


A Tuman-ni, l’officier nord-coréen tente de réorganiser son bataillon pilonné sans répis.


Seule bonne nouvelle : une unité reco pénètre précautionneusement dans Kadong-Ni laissé vide par les troupes US.

Tour 4

Menacé sur ses arrières par la colonne de T34, le colonel Meloy ordonne à ses Chaffee de dégager vers Daejon. 4 unités quittent la table (il en faut 9 pour une victoire US) laissant à l’artillerie et l’aviation le soin de supporter l’infanterie.


Au centre : Able s’installe en hérisson sur sa butte. Un peu désabusée par le lâchage des blindés, elle devra couvrir la retraite de Charlie et Baker.


A l’ouest, alors que les M8 Greyhound décrochent à leur tour, le principal souci reste la pointe blindée des T34. Les 155mm lâchent un tir de barrage sans grand effet bientôt relayés par un second passage de l’aviation. Au milieu de la colonne, un T34 s’enflamme bloquant le reste de la formation blindée pour le tour suivant.


Mais c’est à l’est que la situation va un peu se débloquer. Sentant le bataillon nord-coréen à la limite du KO, le capitaine de la compagnie Baker tente son va-tout et se lance à la charge. Deux "double 1" successifs :shock: lui permettent de procéder comme à l’exercice : pilonnage de l’artillerie relayée par les mortiers, mitrailleuses et canons sans recul. L’infanterie s’élance au pas de course, baïonnette au canon sur le flanc d’un ennemi désorganisé, éparpillé et désemparé.


Mais c’est sans compter sur la ténacité des fantassins nordistes. Le contact s'établie au milieu des champs d’orge. Le premier round s’avère indécis et permet aux uniformes moutarde de s’accrocher au terrain.


Le corps à corps du deuxième round qui s’ensuit est extrêmement meurtrier pour les deux camps.

Battus néanmoins d’une courte tête, les nord-coréens sont contraints de lâcher prise laissant Tuman-Ni aux mains des GI’s exsangues de Baker alors que Charlie arrive précipitamment pour venir les soutenir.


Résultat des courses…

Au centre : le nord-coréen est en passe de couper l’accès à la route n°1.
Seule la compagnie Able, retranchée sur sa butte peut lui disputer une portion de la chaussée après le départ des Chaffee (difficiles à jouer il est vrai face aux T34 bien supérieurs en qualité).


Néanmoins, la passe de Palsan-Ni restée inoccupée s’offrira au plus rapide des deux camps (avec une grosse option pour les SU-76 qui déboulent par l’ouest).

A l’ouest, les efforts conjugués de l’artillerie et de l’aviation US ont efficacement gêné l’entrée puis la progression des moyens d'appui (artillerie notamment) si indispensables au soutien des fantassins de l’armée populaire.

A l’est, Charlie et Baker ont profité d’un choix discutable concernant l’entrée des troupes nord-coréennes (bataillon isolé et en sous effectif face à deux compagnies US supérieurement pourvues en armes lourdes). Néanmoins, l’action d’éclat des américains sur Tuman-Ni les a paradoxalement contraint à se déporter un peu plus loin de la zone par laquelle il est plus aisé de retraiter par le sud.


En conclusion : les nord-coréens ont refermé la nasse et tiennent la passe et les collines. Le 1/19 devra tenter de trouver un passage de nuit pour rejoindre le reste de la division qui se prépare déjà à défendre Daejon.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire